Little Lullaby
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend.

avatar

Féminin ♣ MESSAGES : 1759
♣ ANNIVERSAIRE : 23/04/1995
♣ ÂGE : 22


+
♣ RELATION: Célibataire
♣ SEXUALITE: Bi
♣ HUMEUR ACTUELLE:

MessageSujet: Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend. Jeu 1 Sep - 13:44

Le titre est positif, il est tiré d'une chanson (Utopie des Vieilles pies). Vous m'excuserez, j'ai besoin de tout raccrocher à la musique. Ce message ne le sera pas vraiment. C'est assez rare que je me confie sur un forum, je pense. Mais là, j'ai besoin de mettre ça quelque part. Je ne vous demande pas de me conseiller, il n'y a rien à faire, de toute façon. Vous pouvez toujours réagir, ça me donnera peut-être l'impression de ne pas être seule. Surtout s'il vous est déjà arrivé quelque chose de similaire. Et puis vous m'excuserez pour la vulgarité, il risque d'y en avoir.

Cet après-midi, je devais aller skater à Beurkville, où se trouve mon lycée, avec des amis, Ad. Ar. et Ju., leurs noms importent peu, après tout, ils n'interviennent pas, je n'ai même pas eu le temps de les voir.

Sur le chemin, je croise des jeunes, des filles. Type poupouf-fond-de-teint-wesh-wesh-ta-mère, non, faisons plus clair : de sales petites putes de mes couilles. Elles commencent à se foutre de ma gueule. Il faut dire que je ne suis ni féminine ni belle. Et je l'assume. Ou plutôt disons que je n'en ai strictement rien à branler. J'étais semble-t-il la cible idéal. Elles commencent à me balancer du jus d'orange à la gueule tout en continuant de se foutre de moi. Je ne suis pas du genre à me laisser faire, mais plutôt à réagir au quart de tour, par la voix ou les poings. Ce fut le skate. Oui, oui. Je me suis retournée en brandissant mon skate et j'en ai visé une. Puis j'ai continué à marcher.

Je croyais être débarrassée, mais quelques secondes plus tard les voilà de retour, à coup de "D'où tu m'tapes ?" et blablabla. Je réplique "Et d'où tu me balances du jus d'orange à la gueule, toi ?". La pétasse me répond "J'ai tous les droits à Beurkville". Et me relance du jus d'orange. Je continue de marcher. Elles m'insultent de moche, de sale pute et de tout ce que vous voulez, devant une file de vieux, outrés, qui ne feront cependant rien. De toute manière, ils n'auraient servi à rien. L'une d'entre elle me fout un coup de pied dans le dos, je m'étale par terre et troue mon jean, ce que je ne remarque que plus tard. Comme elle semble assumer à fond ce qu'elle fait, elle court en arrière. Vive la lâcheté.

Je décide de me casser et fait demi-tour. Tant pis pour mes potes, je les contacterais plus tard. Les grosses salopes me suivent. Celle que j'ai "frappé" me demande de poser mon skate et de me battre. Je refuse. La pute insiste. Je continue de refuser et avance. Elle finit par lâcher l'affaire et me somme de ne plus revenir dans cette ville.

Je pars dans la direction de mon village. Je pue le jus d'orange. J'ai mal au genou, j'ai le jean troué, le souffle court, et je n'arrive pas à contacter Ad. qui est le seul de la bande à avoir un portable. Je lui laisse un message. Il vient de me répondre.

J'aimerais habiter dans une grande ville, pouvoir me fondre dans la masse immense qui déambule dans le centre-ville. Comme hier, lorsque je suis allée à Metz.

Et je me promets qu'un jour, je ferais quelque chose pour laquelle je serais respectée et même admirée. Qu'importe mon look ou mon physique. Je me le promets. C'est ça, le rapport avec le titre.

----------------------------------------✁--------------------------------

« Je n'ai jamais voulu faire de balloches et je n'ai jamais cherché à composer de chansons populaires, de tubes, tu vois ? Dans les maisons de disques, on me disait qu'il fallait que je me coupe les cheveux, que je ne porte plus de jeans et que comme ça je pourrais plaire aux minettes. Moi je leur ai dit d'aller se faire voir, et j'ai claqué la porte à tous ces gens parce que je refuse de faire la pute avec moi-même. » Personne.

« On peut fusiller un chanteur, personne ne peut tuer des chansons. »
Fred Alpi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Féminin ♣ MESSAGES : 1899
♣ ANNIVERSAIRE : 30/05/1996
♣ ÂGE : 21


MessageSujet: Re: Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend. Jeu 1 Sep - 14:01

J'ai une furieuse envie de te répondre, de te dire quelque chose, n'importe quoi... mais je ne sais pas vraiment quoi dire.
Je ne suis pas du tout dans la même position que toi, donc peut-être que je ne suis pas apte à te comprendre. Mais notre réaction, qu'importe ce que nous vivons toutes les deux, est quasi la même. Tu vois, ton titre, c'est exactement ce que je ressens tous les jours. J'ai toujours vécu projetée dans l'avenir, par curiosité, surtout par défi, aussi.
Y aura toujours des petites pétasses, mais on s'en fout, le principal c'est de s'être trouvé, savoir qui on est, ce qu'on veut, et simplement vivre. :)
Bref, je te souhaite sincèrement bon courage et bonne chance pour ta vie future. A défaut d'être respectée et admirée, je te souhaite avant tout d'être heureuse envers et contre tous :p

[Bon, j'ai honte de mon message, c'est pourri là xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Féminin ♣ MESSAGES : 1759
♣ ANNIVERSAIRE : 23/04/1995
♣ ÂGE : 22


+
♣ RELATION: Célibataire
♣ SEXUALITE: Bi
♣ HUMEUR ACTUELLE:

MessageSujet: Re: Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend. Jeu 1 Sep - 14:04

Merci. Et il est pas pourri ton message.

Tiens, le titre c'est ça :

C'est une de mes dernières découvertes musicales (CD acheté au hasard à la fnac), et je trouve ça énorme.

----------------------------------------✁--------------------------------

« Je n'ai jamais voulu faire de balloches et je n'ai jamais cherché à composer de chansons populaires, de tubes, tu vois ? Dans les maisons de disques, on me disait qu'il fallait que je me coupe les cheveux, que je ne porte plus de jeans et que comme ça je pourrais plaire aux minettes. Moi je leur ai dit d'aller se faire voir, et j'ai claqué la porte à tous ces gens parce que je refuse de faire la pute avec moi-même. » Personne.

« On peut fusiller un chanteur, personne ne peut tuer des chansons. »
Fred Alpi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le méchant tyran :D

avatar

Féminin ♣ MESSAGES : 3599
♣ ANNIVERSAIRE : 21/11/1994
♣ ÂGE : 23
♣ LOCALISATION : Nulle part o/
♣ HUMEUR : Maussade :)


+
♣ RELATION: En Couple
♣ SEXUALITE: Hétéro
♣ HUMEUR ACTUELLE: Plutôt positive :)

MessageSujet: Re: Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend. Jeu 1 Sep - 21:57


    Tain mais quelle bande de... ><
    J'avoue que ça m'a choqué, j'ai connu beaucoup de poufs, mais jamais du genre à agir. Balancer du jus d'orange quoi. Lol. Quoi de plus lâche ? Surtout à plusieurs contre une. Exactement le genre de filles que je rêve d'exploser à coups de pieds - franchement je t'admire sur ce coup, je n'ai jamais eu de cran, ce ne sont que des rêves. T'aurais dû taper plus fort, histoire qu'elle s'étale par terre, elle aurait pété moins haut :D

    T'es vraiment forte. Surtout pour la "morale", en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://littlelullaby.exprimetoi.net


avatar

Féminin ♣ MESSAGES : 1759
♣ ANNIVERSAIRE : 23/04/1995
♣ ÂGE : 22


+
♣ RELATION: Célibataire
♣ SEXUALITE: Bi
♣ HUMEUR ACTUELLE:

MessageSujet: Re: Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend. Ven 2 Sep - 15:00

Merci Shepp (:
En général, les poufs que je croise sont du genre à ricaner puis à passer à autre chose, et c'est bon... Quoique c'est pas la première fois qu'on me balance du jus d'orange à la gueule, des kids au skatepark avaient déjà fait la même chose --' Je dois avoir un truc avec le jus d'orange.
Ca m'aurait pas gêner de taper plus fort, tiens, mais du coup, j'en aurais eu deux autres à démonter. Puis j'évite un peu les embrouilles, de préférence, surtout à trois contre une quoi.
J'espère juste ne plus les croiser...

----------------------------------------✁--------------------------------

« Je n'ai jamais voulu faire de balloches et je n'ai jamais cherché à composer de chansons populaires, de tubes, tu vois ? Dans les maisons de disques, on me disait qu'il fallait que je me coupe les cheveux, que je ne porte plus de jeans et que comme ça je pourrais plaire aux minettes. Moi je leur ai dit d'aller se faire voir, et j'ai claqué la porte à tous ces gens parce que je refuse de faire la pute avec moi-même. » Personne.

« On peut fusiller un chanteur, personne ne peut tuer des chansons. »
Fred Alpi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend.

Revenir en haut Aller en bas


Mais je sais, oui je sais, que quelque part, pourtant [...] une utopie m'attend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Little Lullaby :: PERSO :: Journal
Intime

 :: Envie de
Parler

-