AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Bilan de votre année scolaire/universitaire/...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Bilan de votre année scolaire/universitaire/...


Féminin ♣ MESSAGES : 1758
♣ ANNIVERSAIRE : 23/04/1995
♣ ÂGE : 21


+
♣ RELATION: Célibataire
♣ SEXUALITE: Bi
♣ HUMEUR ACTUELLE:

MessageSujet: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Lun 13 Mai - 20:43

Vous l'aurez compris, je m'ennuie sec ce soir, et c'est pas encore grand chose par rapport aux quatre mois de vacances qui m'attendent. Du coup je crée des topics à l'utilité un peu réduite. Bref.

Si comme moi vous êtes à la fac et ne branlez rien, je vous propose dès maintenant de faire le bilan de votre année universitaire. Si vous n'êtes pas à la fac, rassurez-vous ce topic ne va pas s'autodissoudre et vous pourrez toujours le faire plus tard.

Et comme je m'ennuie assez pour répondre à mes propres topics, je mets mon bilan personnel en spoiler. Et ouais.
Spoiler:
 

Bon voilà, j'ai assez raconté ma vie, à votre tour maintenant.
(S'il vous plait, divertissez moi.)

----------------------------------------✁--------------------------------

« Je n'ai jamais voulu faire de balloches et je n'ai jamais cherché à composer de chansons populaires, de tubes, tu vois ? Dans les maisons de disques, on me disait qu'il fallait que je me coupe les cheveux, que je ne porte plus de jeans et que comme ça je pourrais plaire aux minettes. Moi je leur ai dit d'aller se faire voir, et j'ai claqué la porte à tous ces gens parce que je refuse de faire la pute avec moi-même. » Personne.

« On peut fusiller un chanteur, personne ne peut tuer des chansons. »
Fred Alpi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Féminin ♣ MESSAGES : 1262
♣ ANNIVERSAIRE : 10/11/1994
♣ ÂGE : 22


+
♣ RELATION: -
♣ SEXUALITE: Hétéro
♣ HUMEUR ACTUELLE:

MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Mar 14 Mai - 17:32

    Je crois que je devrais faire ça demain après 10h30 puisqu'alors seulement je sortirai de mon dernier partiel mais réviser la sciences pô voilivoulou quoi.

    Pour reprendre les mêmes points que toi Louise, au niveau scolaire je dois dire que cette année avec la fac de droit ça a été complètement OUF. J'aurais jamais pensé pouvoir apprendre autant de chose et même si la première année reste très théorique je ne me suis quasi jamais ennuyée en cours. Globalement ce que j'ai préféré c'était clairement l'histoire : introduction de l'histoire du droit, histoire des institutions, histoire du droit des personnes et de la famille… bon des intitulés pas gg à première vue mais finalement les programmes étaient bien et surtout mes profs étaient tellement des passionnés que ça en a été super (à apprendre c'est tout de suite moins cool). Au delà des cours c'est aussi au niveau de la curiosité et du raisonnement en général que j'ai beaucoup changé. D'autant que j'apprécie étudier des choses qui me servent dans la vie de tous les jours, de la culture G surtout avec le droit civil. Ça apprend à s'intéresser à la politique également, alors qu'à la base j'étais plutôt "très peu pour moi" maintenant ça passe mieux.
    Bref, je crois que j'aime le droit (heureusement ) et je pense donc continuer jusqu'au master en espérant que j'arrive un jour jusque là.

    Bon en droit c'est quand même moins rigolo que dans d'autres facs, au niveau du boulot c'était assez régulier de devoir se lever 3h après s'être couchée parce que j'avais un TD à finir… C'est aussi beaucoup de pression, tout le monde, surtout les profs et les élèves qui réussissent, passent leur temps à nous rabâcher à quel point le taux d'échec est important, que seuls les meilleurs continuent, et gnagnagna. Assez décourageant. Très énervant.
    Cette année je n'ai franchement pas eu de vie sociale c'est juste pas possible de concilier cours, TD, révisions avec sorties et potes. J'ai rencontré beaucoup de gens à la fac, d'autant qu'on est déjà 500 en amphi, et j'ai apprécié cet aspect anonymat de la fac héhé. Malgré tout j'ai fais des rencontres sympa cette année, de plein de gens venus de loin (ma pote Parisienne qui redécouvre le soleil notamment… non non c'est pas des stéréotypes voyons :p) et donc ça c'est très très cool.

    Au niveau du moral par contre il a vraiment fallu que je m'entoure de personnes positives pour ne pas tout laisser tomber parce que le changement avec le lycée est radical, encore une fois surtout au niveau du travail parce que nos profs ont beau répéter "moi quand j'étais étudiant à votre place je n'ai JAMAIS appris quelque chose par coeur" ils se foutent complèèèètement de notre gueule. En droit, TOUT est du par coeur. Touuut. C'est véritablement du bourrage de crâne. Mais ce n'est pas tout, savoir entièrement son cours parfaitement, c'est super, encore faut-il se plier parfaitement aux exigences des méthodes de disert/commentaire ! Et là c'est franchement pas gagné. Rien que les titres des parties j'ai mis un semestre pour m'y faire sachant que j'avais 3 TD à rendre chaque semaine, ça c'est de l'entrainement béton…
    Mais si on aime le droit et qu'on a vraiment envie de continuer, le plus dur c'est le premier semestre pour se faire à tout ces changements et de rester motivé pour bosser régulièrement (mais en vrai c'est bien le droit quand même…).

    BREF, j'ai quand même aimé mon année et j'en suis ressortie vivante! J'espère réussir à valider même si c'est pas gagné d'avance sinon mon discours risque de changer quelque peu :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Masculin ♣ MESSAGES : 1781
♣ ANNIVERSAIRE : 01/01/2000
♣ ÂGE : 16


MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Ven 17 Mai - 22:04

Louise a écrit:
La prépa c'était pas franchement mon truc, les profs me saoulaient avec leur ENS et autres HEC, leurs airs condescendants, etc.

Je trouve que c'est bizarre de commencer l'année comme ça. Ou même de parler des concours la première année. Ma seule prof qui le faisait (elle était obsédée par les zécôôôles de management) n'était jamais écoutée et tous les autres profs la taillaient devant nous, derrière nous, à côté de nous... roll

Sinon moi, d'un point de vue scolaire, c'est plutôt positif, mais ça pourrait difficilement être négatif puisque j'étudie un truc que j'aime et que je suis débarrassée des matières inutiles comme les UE pro (mais je vois le C2iE pointer le bout de son nez). J'ai beaucoup lu, plein de trucs différents et un tas de choses que je n'aurais sûrement jamais pu lire si j'étais restée en France, en sortant de chaque cours j'avais l'impression d'avoir appris au moins un tout petit quelque chose (l'an dernier c'était plutôt le contraire) et j'ai découvert les joies des toilettes propres dans un établissement scolaire. roll
Mais il me reste un peu sept semaines de cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Féminin ♣ MESSAGES : 1899
♣ ANNIVERSAIRE : 30/05/1996
♣ ÂGE : 20


MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Sam 18 Mai - 16:47

Tu fais quoi déjà Pan ?

----------------------------------------✁--------------------------------
Citation :
« Nos yeux se renvoient la lumière / Et la lumière le silence / A ne plus se reconnaître / A survivre à l'absence »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Masculin ♣ MESSAGES : 1781
♣ ANNIVERSAIRE : 01/01/2000
♣ ÂGE : 16


MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Sam 18 Mai - 22:42

Un master de littérature comparée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Féminin ♣ MESSAGES : 1758
♣ ANNIVERSAIRE : 23/04/1995
♣ ÂGE : 21


+
♣ RELATION: Célibataire
♣ SEXUALITE: Bi
♣ HUMEUR ACTUELLE:

MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Lun 20 Mai - 9:29

Pan a écrit:
Je trouve que c'est bizarre de commencer l'année comme ça. Ou même de parler des concours la première année. Ma seule prof qui le faisait (elle était obsédée par les zécôôôles de management) n'était jamais écoutée et tous les autres profs la taillaient devant nous, derrière nous, à côté de nous... roll
Ah ouais nous c'est vraiment le PREMIER truc dont on nous a parlé. Type "Bonjour, vous êtes là pour passer des concours à la fin de votre deuxième année", quoi. Et un jour après c'était devenu "Si vous ratez ces concours vous finirez vendeurs de serpillères".
Je crois que je n'ai croisé qu'une seule prof qui n'était pas obsédée par les zécôôôles de management ou d'écôôônômiiie. xD

----------------------------------------✁--------------------------------

« Je n'ai jamais voulu faire de balloches et je n'ai jamais cherché à composer de chansons populaires, de tubes, tu vois ? Dans les maisons de disques, on me disait qu'il fallait que je me coupe les cheveux, que je ne porte plus de jeans et que comme ça je pourrais plaire aux minettes. Moi je leur ai dit d'aller se faire voir, et j'ai claqué la porte à tous ces gens parce que je refuse de faire la pute avec moi-même. » Personne.

« On peut fusiller un chanteur, personne ne peut tuer des chansons. »
Fred Alpi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le méchant tyran :D


Féminin ♣ MESSAGES : 3598
♣ ANNIVERSAIRE : 21/11/1994
♣ ÂGE : 22
♣ LOCALISATION : Nulle part o/
♣ HUMEUR : Maussade :)


+
♣ RELATION: En Couple
♣ SEXUALITE: Hétéro
♣ HUMEUR ACTUELLE: Plutôt positive :)

MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Mer 22 Mai - 10:25


    Bon eh bien voilà ! Ce fut une année sabbatique sans l'être, puisque je me réoriente.
    On ne peut pas dire que j'ai chômé non plus, surtout en début d'année.

    En rentrant en prépa, j'étais vraiment motivée, sûre de ce que je voulais faire. Je passais mes journées à bosser - matin, midi et soir. Les résultats s'en faisaient sentir dans certaines matières... dans d'autres, pas vraiment. J'ai subi les premières khôlles et essuyé mes premiers échecs. Je n'avais jamais autant eu peur d'un oral, le Bac, à côté, ce n'était rien, même si je n'étais pas très assurée non plus. J'ai perdu énormément confiance en moi et, petit à petit, je me suis rendu compte que tout cela ne rimait à rien, que les 3/4 d'entre nous allaient finir à la fac sauf les quelques meilleurs et que je m'usais à la tâche pour quelque chose que je n'étais même pas sûre d'obtenir. Et puis, il y a surtout eu les vacances, que j'ai passé auprès de mon amoureux. À la rentrée, je n'avais juste plus envie de travailler. J'ai commencé à lâcher prise. J'ai voulu arrêter mes études, mais j'ai appris que je risquais de devoir rembourser ma bourse, alors j'ai continué. Et j'ai décidé de quitter la prépa, parce que je n'allais plus bien, parce que je déprimais, parce que mes amis me manquaient, parce que travailler H24 ne permet pas d'avoir une vie sociale très satisfaisante et que j'avais besoin de soutien. J'étais mal, je ne faisais plus rien, et surtout, j'avais revu mon orientation, et j'avais redécouvert l'IUT SRC. Et je me suis dit que, peut-être, je pourrais faire de ma passion mon métier.

    Au départ, je voulais faire une licence de langue, car je me disais qu'améliorer mon anglais était une bonne chose. Mais je me suis rendue compte que mes résultats de prépa ne me le permettraient pas, malgré de très bons résultats en Terminale, et j'ai regardé ce dans quoi je me débrouillais le mieux, à savoir l'Histoire. J'ai d'abord postulé à Paris 7. Puis il y a eu ma soirée. Mes potes de la fac d'Histoire de sqy avaient l'air contents de savoir que je pourrais peut-être les rejoindre. Alors j'ai tenté sqy, aussi parce que Paris 7 traînait à répondre. J'ai réussi ma réorientation. Mes profs de prépa ont été quelque peu attristés par mon départ, ma prof de Lettres voulait que je reste. J'ai eu mes équivalences du premier semestre mention TB malgré un concours blanc dans lequel je ne m'étais pas investie, et avec des résultats, de fait, catastrophiques, dont un 0 en Grec, où j'avais habituellement des 16.
    La fac, c'était un autre univers. Au départ hostile à mes yeux. Même si je retrouvais mes amis, ils fréquentaient de nouvelles personnes, avec qui le courant ne passait pas toujours. J'étais désenchantée. Je me retrouvais avec des gens qui riaient fort en cours, ce dont je n'étais plus vraiment habituée, à vrai dire, des gens qui, à mes yeux, étaient des débiles profonds, je l'admets - que j'ai fini par apprécier pourtant, au fil des mois. Je m'ennuyais en TD et, dès que j'ai su qu'on pouvait apporter nos ordis, j'ai pu geeker salement en cours. J'ai fait le minimum. Je ne me suis pas sentie historienne dans l'âme. Ce n'était pas inintéressant pour autant. J'aimais bien les CM à vrai dire. Mais les TD... je n'ai vraiment pas accroché, à part quelques-uns.
    Quelque part, j'ai un peu regretté la prépa, car j'avais véritablement l'impression d'être tirée vers le haut, encouragée ; quand tu as des mauvais résultats en prépa, c'est normal ; quand tu as des mauvais résultats à la fac, c'est juste que tu es nul, point barre. Quant à l'administration, celle de la prépa était déjà branlante, mais alors celle de la fac paraît carrément inexistante.
    Mais bon, j'ai fini par m'habituer, et puis, la fac, il faut l'admettre, on a beaucoup de liberté. J'ai aussi pu renouer avec ma vie sociale, constater mes problèmes et commencer ma thérapie tranquillement pour aller mieux. Et j'ai aussi inspiré à mon copain de reprendre ses études avec moi et de renouer lui aussi avec un vieux rêve.

    D'ailleurs, nous sommes allés à la journée de présentation de l'IUT SRC de Meaux, et nous sommes vraiment emballés. La suite l'an prochain ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://littlelullaby.exprimetoi.net



Féminin ♣ MESSAGES : 1309
♣ ANNIVERSAIRE : 20/10/1992
♣ ÂGE : 24
♣ LOCALISATION : Nowhere...
♣ HUMEUR : Héhé !


+
♣ RELATION: En Couple
♣ SEXUALITE: Hétéro
♣ HUMEUR ACTUELLE: Comme un Pin qui serait tombé dans un chaudron de vodka tout en rêvant téquilla, la bouteille de whisky dans les branches.

MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Ven 31 Mai - 15:19

    Bilan de l’année, hein… Bah je pense que j’ai beaucoup à dire, surtout en négatif. Ca va peut-être m’aider à passer au-dessus de certaines choses, de faire ça.

    Point de vue scolaire, ça n’a pas été glorieux, mais j’ai pris conscience de beaucoup de choses qui vont m’aider dans la suite de mes études. J’ai pris conscience que j’avais beaucoup déconné vis-à-vis des cours et que j’avais l’art de me trouver des excuses pour expliquer ma fainéantise. En partant de ça, je sais ce que je dois faire pour réussir et je me suis prise une fameuse claque dans la figure, m’ayant pas mal motivé pour étudier. D’ailleurs, cette session-ci a beau être désastreuse, je sais que je vais réussir en août même si j’ai tous mes examens car je suis motivée à bosser. Il était temps ! ^^
    Et en plus, je me sens extrêmement bien dans mon choix d'étude et ça, c'est vachement cool <3

    Point de vue relations, c’est là qu’il y a le plus à dire. Le plus drôle, c’est que l’un des problèmes que j’ai eu mêle amitié / boulot et études. Mais je terminerais par ce sujet, qui est le plus important et gros problème de mon année (hors soucis familiaux).
    Début d’année prometteur, colocation parfaite. Trop puisqu’on s’est épuisés en faisant les cons tous les soirs, l’ambiance était trop bonne. Vers fin décembre, ça a dégénéré. Mon meilleur ami s’est barré du kot suite à une dépression que je n’ai pas vue. Je me suis sentie mal de n’avoir pas réagi à temps, mais suite à une discussion, les choses se sont améliorées. Soulagement.
    Fin du mois de janvier, ça a clashé sec entre ma patronne (que je voyais encore comme une amie à ce moment-là) et ma colocataire. Je me suis laissée manipulée et j’en ai voulu à ma coloc’, n’assurant pas du tout point de vue amitié. J’ai même fait des choses dont je ne suis pas fière du tout. Mais quelques semaines plus tard, ça a été à mon tour de subir les saloperies de la patronne. Là, j’ai compris. Je me suis fait insultée, rabaissée et j’ai eu tout le kot contre moi. J’ai alors discuté avec ma colocataire, on a mis les choses au point et je lui ai tout avoué. Même si elle dit ne pas m’en vouloir, je me sens toujours extrêmement mal de ce que je lui ai fait et je m’excuse encore régulièrement. Le bon côté, c’est que cette histoire nous a beaucoup rapprochée et désormais, on sait l’une et l’autre que nous avons une alliée quoiqu’il arrive. J’ai appris beaucoup sur l’amitié à ce moment et j’ai fait une introspection qui m’a fait prendre conscience de beaucoup de mes défauts, que je tente depuis de perdre. Je pense, sans m’avancer vraiment, qu’il y a du progrès.
    Le gros problème, maintenant. Ma patronne, qui a retourné tout le kot contre nous. A 30 ans, madame la junkie n’a rien trouvé de plus malin que d’exploiter deux étudiantes qui lui avaient donné confiance et amitié. Elle parlait sans cesse dans notre dos, ne nous payait pas alors qu’on travaillait dans son commerce au lieu d’aller en cours. On en ramassait plein la gueule quand on était fatiguées (mais on alliait cours et boulot, quand même). Quand on était malade, on était de grosses merdes, ni plus ni moins.
    Cette pouf m’a accusée d’être hypocrite, égocentrique, alcoolique, flemmarde et d’autres choses encore. Sur certains points, elle n’avait pas tort, puisque j’ai pas du tout assuré en amitié et que j’ai été une grosse flemmarde sur le point de vue scolaire. Mais me dire que j’avais aucune raison de déprimer lorsque mon frère avait d’énormes soucis, j’ai pas aimé. Que ELLE me dise que j’étais hypocrite (alors que moi, je ne disserte pas sur le dos des gens), j’ai encore moyen apprécié. Ca a clashé entre elle et moi et c’est là que j’ai pu voir qui étaient mes véritables amis. J’ai perdu beaucoup de personnes autour de moi, mais j’ai retrouvé une amitié dont je ne connaissais pas encore la valeur. J’ai aussi vu à quel point cette pouf était manipulatrice et puérile. Du genre : elle ne venait jamais chez nous quand elle était la bienvenue. Maintenant que plus personne ne l’apprécie, elle squatte tous les jours et nous lance sans arrêt des remarques désobligeantes, s’amuse à nous rabaisser. Quand nous on lui fait un reproche, elle nous le refout dans la gueule avec une mentalité proche d’une enfant pré-pubère. Et elle est si pitoyable qu’elle fait belle-belle quand les gens sont là, mais lorsqu’elle est seule avec nous, elle ne nous salue pas et n’ouvre la bouche que pour nous insulté. A part ça, elle est mâture et intelligente. Parce que, bien sûr, c’est ainsi qu’agissent les gens de 30 ans. BIEN SÛR.
    Je lui en veux et je m’en veux de ne pas m’être fiée à mon instinct premier, qui me faisait haïr cette femme. Je me sens stupide et salie. Mais surtout, je suis bouffée par les remords car, une fois encore, je me reproche de n’avoir pas assuré en amitié. J’ai l’impression d’être une connasse.

    Niveau famille, mon frère et mon beau-père ont eu beaucoup de problèmes, ainsi que ma mère. Mais j’aime mieux ne pas trainer sur ces soucis, surtout que j’arrive malgré tout à passer outre. Même si c’est pas toujours facile et que j’ai parfois des baisses de moral tant je m’inquiète pour eux (et les choses ne vont faire qu'empirer).

    Niveau personnel, j’ai découvert que j’avais pas mal mûris et que j’avais tiré une ligne sur mon passé. Il fait partie de moi, toujours douloureux, mais il ne me hante plus. Et j’ai tellement bien réussi à surpasser mes démons que je peux désormais conseiller des gens ayant vécu des choses similaires (drame de ma vie que d’apprendre que deux de mes amies avaient un passé similaire au mien). J’ai pu en aider l’une des deux et je m’en suis sentie bien, parce qu’elle commence à comprendre certaines choses et parce que c’est là que j’ai réalisé que je ne tirais plus ça comme un boulet. L’autre amie ne m’en a pas encore parlé, j’attends donc qu’elle le fasse, car je ne suis pas censée savoir (merci à son père de m’en avoir parlé).

    Après tout ça, que dire encore… Je pense que je vais conclure mon année sur : j’ai grandis. Je me suis améliorée dans mon caractère, puisque les épreuves auxquelles j’ai dû faire face m’ont fait prendre conscience de beaucoup de choses. Mais ça a été une année des plus pénibles et je n’ai de cesse de prier pour que la fin arrive. Vivement que ces gens que je méprise se barrent, sortent de ma vie à tout jamais ! (même si ma patronne, je garderais cette haine envers elle jusqu’à ce que vengeance soit faite, même si sa vie est si pitoyable qu’elle doit pas mal souffrir… preuve est faite qu’il n’y a pas de tour de chien qui n’revienne, mais j’aimerais au fond de mon être faire que son malheur empire, même si ce n’est pas correct de ma part)
    Désormais, j’ai une nouvelle vision du monde. Je vis au jour le jour et travaille tous les jours pour mes cours. J’ai également un boulot dans un café et c’est coooool !! Je m’épanouis comme jamais et je prends le bon côté des choses, arrivant même à voir des points positifs dans toutes les emmerdes que cette connasse de patronne m’a fait subir (il n’y en a pas beaucoup, beaucoup moins que de points négatifs, mais il y en a).
    Bref, année positive puisqu’elle m’a fait mûrir et redécouvrir l’amitié (ainsi que ses principes), mais année négative dans ce qu’elle m’a fait subir.

    EDIT : ahah, j’ai envie de pleurer quand je parle de cette pute, tellement je me sens stupide de lui avoir fait confiance, de m’être laissée manipulée. Quelle conne je fais :’). Surtout quand un ami me fait réaliser que je perds en maturité une fois qu’elle part, puisque ce sont les moments où je crache ma rage sur elle (j’vais pas le faire quand elle est là, pas envie d’avoir à nouveau 6 personnes pour me cracher à la gueule… instinct de survie, mais il faut néanmoins que j’évacue ma rage)

----------------------------------------✁--------------------------------
Le problème, c’est que même si tu m’disais « je t’adore » j’te croirais pas ! Je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. J’suis perdue... Attends deux secondes, j’ai pas fini... Dis-moi qu’tu m’aimes... Dis-moi juste que tu m’aimes. Parce que moi j’oserai jamais te l’dire la première, j’aurais trop peur que tu crois qu’c’est un jeu...
Jeux d’enfants, Sophie.


« Et ch'uis comme un cobaye qu'a sniffé toute sa paille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bilan de votre année scolaire/universitaire/... Aujourd'hui à 20:22

Revenir en haut Aller en bas


Bilan de votre année scolaire/universitaire/...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Little Lullaby :: COMMUNAUTE
 :: Avenir
 :: Etudes
-